Quel temps fait-il ?
Chamboulive
20 juillet 2019, 14 h 10 min
Surtout nuageux
Surtout nuageux
30°C
Prévisions 20 juillet 2019
jour
Partiellement ensoleillé avec orages
Partiellement ensoleillé avec orages
30°C
 

postheadericon CHAMBOULIVE : Nécrologie – Marcel Chassagne

Jeudi dernier, lors des obsèques de Marcel Chassagne, un hommage lui a été rendu devant la mairie de Chamboulive, qu’il a si souvent fréquentée durant toute sa vie, par Michel Besse, président de la F.N.A.C.A, d’une part, et par Noël Martinie, maire de Chamboulive, d’autre part. Marcel Chassagne, c’était « Capa » pour tout le monde.

Marcel est né le 13 février 1933 à Chamboulive, fils d’Henri Chassagne, facteur, et de Louise Dignac qui tenait le bistrot, place de La Chapelle. Il fréquente l’école communale, puis le lycée de Tulle où il rencontre Lucette. Ils se marieront le 24 décembre 1955.

Incorporé pour son service militaire en novembre 1957, Marcel, restera 6 mois en France, avant d’être envoyé en Algérie, en mai 1958. Débarquant à Oran, il rejoindra Souk Ahras dans l’est algérien, proche des Aurès, siège d’une bataille meurtrière, au prix de pertes considérables des 2 côtés. Il servit dans l’intendance  et fut libéré de ses obligations militaires avec le grade de sergent, après 27  mois de service dont 21 en Algérie. Il était titulaire de la croix et de la médaille du combattant. C’est en Algérie qu’il apprend la naissance de son fils Pascal. Michel Besse affirmait dans son propos : « Marcel était un ami d’enfance, et plus tard un frère d’armes…Comme nombre d’entre nous, il fut embarqué en Algérie dans une aventure dont il ne voulait pas, mais il fit son devoir… Marcel faisait partie du comité de Chamboulive de la F.N.A.C.A depuis toujours».

Noël Martinie, maire de Chamboulive retraçait sa vie professionnelle et publique, bien remplie : « Capa était un véritable enfant de Jules Ferry. Pascal son fils et Evelyne ont eu deux enfants, Ondine et Damien. Marcel était très fier de voir ses enfants et ses petits-enfants devenir enseignants.

Marcel possédait une culture extraordinaire, acquise à l’école mais aussi tout au long de sa vie professionnelle qui fut très dense. Il gravira tous les échelons pendant sa carrière dans les impôts (contrôleur, inspecteur, inspecteur principal, directeur divisionnaire, directeur des services fiscaux à Guéret puis à Limoges)  et dans de nombreuses villes de l’hexagone à Tulle, Paris, Evreux, Bellac… Enfin, il obtient le graal de sa profession avec une nomination en qualité de conservateur des hypothèques à Libourne avant de terminer par l’une des plus importantes conservations de France, celle de Lyon. Quel parcours remarquable pour ce petit Chamboulivois !». « A carrière exceptionnelle, reconnaissance exceptionnelle : Le 3 janvier 1998, il est fait chevalier de la légion d’honneur, au titre du Secrétariat d’Etat au Budget. Il s’agit là de la reconnaissance de la Nation, à l’un de ses serviteurs. Cette récompense lui fut remise par Pierre Della, son parrain, conservateur des hypothèques à Bordeaux, en présence de René Teulade, ancien ministre et camarade d’école, et de François Hollande. »

« Tout jeune Marcel s’intéresse à la vie de sa commune mais pas seulement, il aimait la politique. Marcel aimait sa commune de Chamboulive, et  c’est donc tout naturellement qu’en 1971 il fut élu conseiller municipal et réélu jusqu’en 2008, où il se retira après avoir consacré 36 ans au service de la commune  (adjoint durant deux mandats)…  Ce fut un réel plaisir de travailler avec lui. Nous avions une grande complicité. Notre idéal était le même. Marcel connaissait la sociologie de la commune comme peu de personnes la connaissent. Les origines et filiations des familles n’avaient pas de secret pour lui. De sa jeunesse, il conservait des histoires uniques ».

« Il a, comme tout jeune Chamboulivois, joué au C.A.C. dont il fut un bon élément. Capa aimait le sport et le football en particulier. Il aimait parler des géants de la route, mais il était sans concession sur tout ce qui touche le dopage. Il avait des valeurs ».

« Plus tard il a participé activement au jumelage Gozée-Chamboulive, faisant partie en 1976 du premier échange entre les deux communes, et en devenant président du comité de Jumelage.

Sa retraite, Marcel l’a passée à Pissevache dans un coin tranquille qu’il avait imaginé et aménagé avec Lucette. C’est un lieu où le mot convivialité prenait toute sa valeur, avec la famille, les amis, et les copains… »

postheadericon Le Club briviste « Métatarsiens » en randonnée à Chamboulive

Le Club briviste « Métatarsiens » avait choisi Chamboulive pour une randonnée-découverte. Ils étaient 37 participants marcheurs pour leur sortie de fin mai à Chamboulive. Ils ont commencé par l’histoire de la commune et de l’église, grâce à l’intervention de Nicole Rondeau qui les a « immergé » dans le  »terroir » de la randonnée, à suivre. Ils avaient choisi un parcours de 11kms environ, partant de l’église, vers La Buge, le Moulin Rieux, la Maisonneuve, Chaillac et le moulin de Chaillac ; Retour vers la D142, La Blancherie, le village de Serre, les étangs, la chapelle du Puy Saint-Damien et la table d’orientation. Après l’effort, le réconfort : Un repas festif et amical a clôturé cette sortie où quelques anciens les rejoignaient, au restaurant Deshors-Foujanet toujours très accueillant et professionnel. Les « Métatarsiens »  adressent un grand merci aux chamboulivois, Nicole et Jean-Luc Rondeau, et Bernard Gourinel, pour leur accueil et l’intérêt porté aux marcheurs brivistes, chamboulivois d’un jour !

Tous les randonneurs étaient très contents de la découverte de Chamboulive (que certains ne connaissaient pas du tout…) et ils ont promis de revenir….

Métatarsiens – Informations : le club et né en 1968. Initié par un groupe d’amis brivistes, et le pèlerinage annuel « Brive-Rocamadour » est à l’origine de ce club de marcheurs, avec en tête Bernard Denoix, qui a donné le nom de « métatarsien », avec en sous-titre « le seul club qui marche ». Il s’est créée une fidélité réelle à ce rendez-vous annuel qui a su traverser le temps, pour de nombreux brivistes…Actuellement, la Brive-Rocamadour se déroule début octobre et c’est davantage un challenge amical, vécu dans la bonne humeur, l’effort partagé…et la bonne chair. Au fil du temps, il a été proposé des sorties découvertes de 10 à 12 kms, soit 4 randonnées dans l’année, dans la grande région de Brive. Le club compte aujourd’hui une soixantaine de marcheurs : Relations amicales et bonne humeur président à ces rencontres et les bonnes volontés font perdurer « les métatarsiens brivistes ».

les Métatarsiens brivistes ont visité l’église de Chamboulive, avant de randonner

postheadericon Rallye touristique de l’Amicale Spitfire de passage à Chamboulive

Venant de toute la France, 120 équipages ont découvert, pour la plupart, notre région et plus particulièrement le bourg de Chamboulive, dans le courant des après-midis du 31 mai et du 1er juin, soit une soixantaine chaque jour. Partis de Pompadour, les équipages participaient à un jeu de « chasse au trésor » en suivant les deux pages de leur carnet de route, qui passait par Chamboulive. L’énigme pour Chamboulive pouvait prêter à confusion : « la troisième lettre est sous la protection des robes jaunes, pourpres ou ambrées des anges ». Le premier réflexe a guidé certains participants à l’église et ils ont pu admirer son architecture et ses statues du 15ème siècle. Mais la destination était tout autre, avec la Brasserie des Anges où chacun a pu à son gré découvrir quelques secrets de sa fabrication, avec Stéphanie la brasseuse. Ils ont pu trouver la lettre recherchée, déguster quelques gorgées de la bière artisanale (avec modération), éventuellement s’approvisionner, et repartir vers d’autres aventures. Pour quelques amateurs chamboulivois, c’était l’occasion d’échanger avec les chauffeurs de ces belles petites anglaises construites par Triumph, pendant près de 20 ans, dans les années 60 à 80. Pendant 2 jours, ces jolis cabriolets multicolores pétaradants ont sillonné les rues de Chamboulive, avant de prendre la  direction de Chaumeil : une belle animation.

l’Amicale Spitfire découvre la Brasserie des Anges

postheadericon Premier parachutage allié en Corrèze – Afin que nul n’oublie

Depuis quelques années, Nathan SMITH,  sujet britannique, a basé son entreprise en tant qu’autoentrepreneur aux qualifications diverses, au village de La Buge  à Chamboulive, où, avec Tammy, son épouse, Isabelle et Elodie, ses filles, il est parfaitement intégré. Or, quand Nathan a été séduit par le cadre bucolique d’un petit étang en contrebas du hameau, il ne s’imaginait pas qu’en cet endroit précis, la nuit du 19 au 20 février 1943, pour la première fois en Corrèze, un appareil de la Royal Air Force larguait une cargaison d’armes destinées à l’Armée Secrète, une livraison attendue fébrilement par une équipe de Résistants chamboulivois.

Il ne s’attendait pas non plus, à ce que son voisin immédiat, Louis Doulcet (dit Zézé), avec qui il s’était lié d’amitié, lui narre par le menu, tous les détails de cette opération de guerre. Dans le plus grand secret, en remplacement du signalement rudimentaire et délavé, Nathan, avec son sens inné de l’esthétique, a conçu un nouveau panneau qu’il a installé et dévoilé le dimanche 26 mai, pour fêter les 97 printemps de « Zézé », l’ancien résistant particulièrement ému et surpris par ce cadeau d’anniversaire inattendu.

Zézé, sur les lieux du parachutage, devant le panneau

postheadericon Nécrologie – André Revel – sa famille et la F.N.A.C.A en deuil

Samedi dernier, lors des obsèques d’André Revel de nombreux témoignages ont ponctué la cérémonie. Aîné d’une fratrie de 7 enfants, André Revel était né en 1936 à Calvignac, village du sud du Cantal. A la ferme familiale, « il a attrapé le virus de l’agriculture et de l’élevage ». L’Auvergne natale est toujours restée dans son cœur. Son parcours professionnel l’a mené en 1973 à Chamboulive, qui deviendra sa terre d’adoption, au pied des Monédières. Il était bien chez lui, avec des complicités professionnelles et amicales. Avec Suzette son épouse, il formait un couple fusionnel, toujours accueillant et à l’écoute, animé d’un sens du partage et du service aux autres. André a su forcer le respect de la profession agricole en matière d’élevage, à travers son expérience, ses compétences, et ses conseils avisés. Son bonheur était au milieu de la nature, des troupeaux, avec une vie simple et riche de relations humaines. Créatif, inventif et ingénieux, il savait travailler le bois, le fer…, et son investissement associatif était apprécié, pour la fête de la citrouille, l’exposition de la « Bugeade », ou encore avec les Jardiniers du Puy Mézier…

Par ailleurs, André a été très marqué par son passage en Algérie, comme tous ceux qui participèrent à cette guerre, avec des souvenirs douloureux, souvent passés sous silence, car difficiles, voire impossibles à partager. Parti à l’âge de 20 ans, il fut affecté dans un régiment opérationnel en Oranie, risquant sa vie chaque jour. Il connut peur, fatigue, parfois un sentiment de révolte, mais fit son devoir. Une citation à l’ordre du régiment pour son courage, lui valut la croix de la valeur militaire avec étoile de bronze et la médaille militaire. Il fut démobilisé le 22 novembre 1958, avec le grade de caporal-chef. André était porte-drapeau de la F.N.A.C.A  de Chamboulive. Michel Besse, président de la F.N.A.C.A lui adressait un vibrant hommage: « Nous nous inclinons devant celui qui fut un juste… ».

André Revel avait en lui des valeurs humaines essentielles : la liberté, la fraternité, l’égalité et la justice… L’injustice l’a toujours révolté…Ces valeurs il a su les transmettre à sa famille, ses enfants et petits-enfants. C’était un homme aimé et apprécié.

postheadericon Encore un succès pour le loto de l’Association des Parents d’Elèves et du club de foot le C.A.Chamboulive, doté de nombreux lots.

L’Association des Parents d’Elèves de Chamboulive et le club de football du C.A.Chamboulive organisaient leur loto annuel fortement doté en lots de valeur, à la salle polyvalente de Chamboulive. De nombreux joueurs, familles et amis des enfants…, ont répondu présents pour soutenir une bonne cause. Au cours de cette soirée, les joueurs chanceux ont remporté de magnifiques cadeaux : (Ecran plat 140 cm, Cave à vin, Nintendo Switch, Panier garni,  Bons d’achats…, etc …). La partie réservée aux enfants fut très animée et au final, chaque enfant a bénéficié d’un lot pour le plus grand plaisir de tous.

Marc était préposé au tirage, assisté par les membres de l’A.P.E. et du C.A.C., qui animaient la soirée. Les organisateurs,  Laure Martinie, présidente de l’A.P.E  et Marc Dandaleix, président du C.A.C, remercient les généreux donateurs, tous les bénévoles et le nombreux public. La recette de la soirée permet de financer des activités pédagogiques, culturelles et sportives pour les enfants de l’école et les jeunes de l’école de football.

postheadericon Dénomination et Numérotation des voies communales… Information…

Dernièrement, Noël Martinie, maire de Chamboulive et le Conseil Municipal avaient invité la population chamboulivoise a une réunion d’information concernant l’attribution des numéros et noms des voies communales et des rues. Cette réunion était animée par Karim Ben Rais du Service National Adresse de La Poste. Ce dernier a expliqué les motifs de cette démarche qui a nécessité la réalisation d’un diagnostic du plan d’adressage sur l’ensemble du territoire communal, soit la dénomination et la numérotation des voies sans noms, ni numéros, dans le bourg et les villages, et ceci, pour faciliter l’accès des services de secours et la distribution du courrier, mais également pour le déploiement de la fibre. Avec des recommandations de La Poste, c’est le Conseil Municipal qui a attribué des noms de voies en respectant les lieux-dits et les appellations du cadastre. Vous souhaitez connaitre comment ont été nommées les voies de votre village, votre rue…, vous êtes invités à consulter la dénomination correspondant à votre habitation, à la mairie de Chamboulive, dès que possible et avant le 30 avril. (Mairie – 05.55.20.47.60)


 

postheadericon Beau succès du concours de belote de l’Amicale des Sapeurs-pompiers

Dernièrement, l’Amicale des Sapeurs-Pompiers de Chamboulive organisait son concours de belote annuel à la salle polyvalente de Chamboulive. Cette soirée a remporté un vif succès avec la participation de 34 équipes. Ce concours était doté de nombreux lots, et un lot a été attribué à chaque équipe. Un week-end pour deux personnes a récompensé les gagnants de la bourriche (une cliente de la boulangerie). L’Amicale des Sapeurs-Pompiers de Chamboulive remercie tous les partenaires  ainsi que la boulangerie Nadiras qui a vendu les billets de bourriche. La soirée s’est clôturée en toute convivialité autour d’une bonne soupe à l’oignon offerte à tous les participants.

 

postheadericon Repas de la société de chasse convivial et festif

La Société de Chasse de Chamboulive, présidée par Alain Deshors, organisait son repas annuel à la salle polyvalente de Chamboulive. Les participants ont répondu à l’invitation des chasseurs, le dimanche à midi, autour d’un excellent et copieux repas, composé de gibiers et autres mets, préparés par le restaurant local Deshors-Foujanet. Une ambiance conviviale a régné tout au long de cette après-midi festive, pour le plaisir de tous, et à la satisfaction du président et des membres de la société de chasse.

postheadericon Réunion de secteur pour la Fédération des chasseurs de la Corrèze

La Fédération des chasseurs de la Corrèze a organisé 8 réunions de secteur sur le département (dont celle de Chamboulive), pour faire le bilan de la saison de chasse et préparer l’Assemblée Générale du mois d’Avril. 78 sociétés de chasse étaient invitées à la réunion de Chamboulive et près d’une cinquantaine d’entre elles étaient représentées avec plus de 70 chasseurs présents. Pour la Fédération des chasseurs de la Corrèze étaient présents Jean-François Sauvage (président), Nicole Bissaud, Jean-Claude Bounaix et Jean-Marc Pouget (administrateurs) et David Murat, Directeur adjoint. L’ordre du jour a permis de faire le point, pour les espèces de petit gibier et de grand gibier, de la saison de chasse, sur le département mais aussi sur le secteur des sociétés de chasse présentes. Les questions budgétaires ont également été abordées, ainsi que l’évolution du nombre de chasseurs et la réforme de la chasse en préparation actuellement au niveau national. La réunion, très vivante, a permis aux participants de poser toutes les questions qu’ils souhaitaient. Un casse-croûte offert par la fédération a clôturé la soirée.

à la tribune (gàd): Bounaix, Pouget, Bissaud, Sauvage, Murat