postheadericon CHAMBOULIVE : Nécrologie – Marcel Chassagne

Jeudi dernier, lors des obsèques de Marcel Chassagne, un hommage lui a été rendu devant la mairie de Chamboulive, qu’il a si souvent fréquentée durant toute sa vie, par Michel Besse, président de la F.N.A.C.A, d’une part, et par Noël Martinie, maire de Chamboulive, d’autre part. Marcel Chassagne, c’était « Capa » pour tout le monde.

Marcel est né le 13 février 1933 à Chamboulive, fils d’Henri Chassagne, facteur, et de Louise Dignac qui tenait le bistrot, place de La Chapelle. Il fréquente l’école communale, puis le lycée de Tulle où il rencontre Lucette. Ils se marieront le 24 décembre 1955.

Incorporé pour son service militaire en novembre 1957, Marcel, restera 6 mois en France, avant d’être envoyé en Algérie, en mai 1958. Débarquant à Oran, il rejoindra Souk Ahras dans l’est algérien, proche des Aurès, siège d’une bataille meurtrière, au prix de pertes considérables des 2 côtés. Il servit dans l’intendance  et fut libéré de ses obligations militaires avec le grade de sergent, après 27  mois de service dont 21 en Algérie. Il était titulaire de la croix et de la médaille du combattant. C’est en Algérie qu’il apprend la naissance de son fils Pascal. Michel Besse affirmait dans son propos : « Marcel était un ami d’enfance, et plus tard un frère d’armes…Comme nombre d’entre nous, il fut embarqué en Algérie dans une aventure dont il ne voulait pas, mais il fit son devoir… Marcel faisait partie du comité de Chamboulive de la F.N.A.C.A depuis toujours».

Noël Martinie, maire de Chamboulive retraçait sa vie professionnelle et publique, bien remplie : « Capa était un véritable enfant de Jules Ferry. Pascal son fils et Evelyne ont eu deux enfants, Ondine et Damien. Marcel était très fier de voir ses enfants et ses petits-enfants devenir enseignants.

Marcel possédait une culture extraordinaire, acquise à l’école mais aussi tout au long de sa vie professionnelle qui fut très dense. Il gravira tous les échelons pendant sa carrière dans les impôts (contrôleur, inspecteur, inspecteur principal, directeur divisionnaire, directeur des services fiscaux à Guéret puis à Limoges)  et dans de nombreuses villes de l’hexagone à Tulle, Paris, Evreux, Bellac… Enfin, il obtient le graal de sa profession avec une nomination en qualité de conservateur des hypothèques à Libourne avant de terminer par l’une des plus importantes conservations de France, celle de Lyon. Quel parcours remarquable pour ce petit Chamboulivois !». « A carrière exceptionnelle, reconnaissance exceptionnelle : Le 3 janvier 1998, il est fait chevalier de la légion d’honneur, au titre du Secrétariat d’Etat au Budget. Il s’agit là de la reconnaissance de la Nation, à l’un de ses serviteurs. Cette récompense lui fut remise par Pierre Della, son parrain, conservateur des hypothèques à Bordeaux, en présence de René Teulade, ancien ministre et camarade d’école, et de François Hollande. »

« Tout jeune Marcel s’intéresse à la vie de sa commune mais pas seulement, il aimait la politique. Marcel aimait sa commune de Chamboulive, et  c’est donc tout naturellement qu’en 1971 il fut élu conseiller municipal et réélu jusqu’en 2008, où il se retira après avoir consacré 36 ans au service de la commune  (adjoint durant deux mandats)…  Ce fut un réel plaisir de travailler avec lui. Nous avions une grande complicité. Notre idéal était le même. Marcel connaissait la sociologie de la commune comme peu de personnes la connaissent. Les origines et filiations des familles n’avaient pas de secret pour lui. De sa jeunesse, il conservait des histoires uniques ».

« Il a, comme tout jeune Chamboulivois, joué au C.A.C. dont il fut un bon élément. Capa aimait le sport et le football en particulier. Il aimait parler des géants de la route, mais il était sans concession sur tout ce qui touche le dopage. Il avait des valeurs ».

« Plus tard il a participé activement au jumelage Gozée-Chamboulive, faisant partie en 1976 du premier échange entre les deux communes, et en devenant président du comité de Jumelage.

Sa retraite, Marcel l’a passée à Pissevache dans un coin tranquille qu’il avait imaginé et aménagé avec Lucette. C’est un lieu où le mot convivialité prenait toute sa valeur, avec la famille, les amis, et les copains… »

Les commentaires sont fermés.